Le KIF rassemble les innovateurs pour créer de fascinantes expériences, partager les meilleures pratiques et proposer des perspectives novatrices de développement culturel et économique.

!
A l’origine du jeu vidéo, il y a les hackers

immersif | immersion | metaverse | nft | réalité augmentée | réalité virtuelle |

Présentateur : Alexandre Michelin

Intervenants :

  • Clara Schmelck (philosophe, journaliste, prof à Sciences Po Strasbourg)
  • Yacine Aït Kaci (auteur, président fondation Elyx)
  • Sébastien Genvo (Professeur des universités de Lorraine, Metz, Nancy)
  • Déborah Papiernik (SVP New Business Ubisoft)

Sébastien Genvo : Je crois qu’en fait, à l’origine de la culture du jeu vidéo, il y a la culture des hackers qui sont vraiment les premiers pionniers du jeu vidéo. Le jeu vidéo est né d’un détournement d’un supercalculateur au MIT, où quelques hackers se sont dit : “Tiens, on va détourner l’usage de ce supercalculateur pour en faire autre chose, pour en faire du jeu.”

Le jeu s’appelait Space War et, du coup, je crois que cette logique à la fois de la fascination pour la technologie, mais en même temps le détournement, la réappropriation qui était au cœur de la culture hacker, fait un peu l’ADN de cette industrie et permet aussi d’envisager des surprises en termes de créativité, en termes de culture.

Et aujourd’hui, c’est un mastodonte économique. Et je crois qu’il y a toujours cette tension entre volonté de réappropriation et rôle de géant industriel.

Alexandre Michelin : Une place pour les artistes, comme Yassine, qui s’engagent ?

Yacine Aït Kaci : C’est une autre définition du hacker. On fait exactement la même chose, on se réapproprie des outils, on les détourne. Et le rapport entre les artistes, les scientifiques ou les ingénieurs, elle est aussi vieille que l’histoire de l’art.

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT

Marc Petit – Qu’est-ce que le métaverse ?

Marc Petit – Qu’est-ce que le métaverse ?

Une fois qu’on a cette 3D temps réel et qu’on a ces évolutions technologiques dont je parlais précédemment, là on ouvre la porte vers de nouvelles plateformes pour, effectivement, envisager d’avoir des univers persistants virtuels qui vivent quelque part sur l’internet. Et c’est ça qu’on appelle le métaverse.

Langues »