Le KIF rassemble les innovateurs pour créer de fascinantes expériences, partager les meilleures pratiques et proposer des perspectives novatrices de développement culturel et économique.

!
L’e sport, les jeux vidéo repenser notre lien au réel et au virtuel
immersif | immersion | metaverse | nft | réalité augmentée | réalité virtuelle |

Présentateur : Alexandre Michelin

Intervenants :

  • Clara Schmelck (philosophe, journaliste, prof à Sciences Po Strasbourg)
  • Yacine Aït Kaci (auteur, président fondation Elyx)
  • Sébastien Genvo (Professeur des universités de Lorraine, Metz, Nancy)
  • Déborah Papiernik (SVP New Business Ubisoft)

Yacine Aït Kaci : Il y a aussi un phénomène qui est en rapport avec le jeu vidéo, c’est le phénomène des e-sports. Et alors, autant dans le réel, le sport est justement quelque chose de fédérateur parce que non verbal, international, le e-sport est aussi un phénomène complètement globalisé et qui a un poids, un poids grandissant et qui est aussi, peut-être, une opportunité pour créer du commun autour du jeu et de ce type de pratique.

Alexandre Michelin: Je te sens sceptique, Sébastien.

Sébastien Genvo : Disons que c’est vrai qu’on parlait des communautés de joueurs, et dans l’e-sport les communautés sont centrales et à différents niveaux, que ce soit au niveau amateur ou au niveau de la professionnalisation. Aujourd’hui, la Corée était très en avance sur le phénomène e-sport.

Ce qu’il faut voir, c’est qu’aussi l’e-sport change complètement les logiques par rapport au sport traditionnel, du fait du poids des licences et de la propriété des disciplines sportives liées à certains acteurs qui, indirectement, dictent les règles.

Pour aller très vite, c’est comme si Nike ou Adidas dictaient le genre de règles et les tournois qu’on avait le droit de mettre en place et pouvaient changer les règles du jeu parce que tout d’un coup, ils avaient un nouveau produit à vendre.

Par exemple, Blizzard a un poids énorme dans la façon dont ils vont dicter la diffusion.

Alexandre Michelin : En fait, ça ressemble au sport privé américain ? C’est comme des ligues et simplement elles sont propriétaires…

Sébastien Genvo : Mais alors ce qui est fascinant aussi dans l’e-sport en même temps, c’est qu’on voit se développer au niveau local de nombreuses entreprises qui vont faire de l’événementiel autour de ça, qui vont essayer de faire de la médiation auprès de différentes institutions, de villes…

Donc, c’est un phénomène qui est très complexe et qui nécessite aussi d’avoir un regard un peu nuancé sur le poids des acteurs et sur la réappropriation par la pratique.

Alexandre Michelin : Donc, en fait, l’e-sport est déjà dans le métaverse ? C’est-à-dire qu’il vient complètement du numérique, il se partage dans un stade en commun. Et puis les gens vivent…

Sébastien Genvo : Mais ce qui est assez intéressant aussi c’est que le besoin de se retrouver en local aussi, parce qu’on le voit dans des stades, en Corée par exemple…

Alexandre Michelin : Ou à Bercy, pas que dans les stades.

Sébastien Genvo : Oui, oui. A Paris où il y a eu déjà des très belles manifestations là-dessus, où c’est assez grisant de voir les joueurs être soutenus par toute la foule…

Alexandre Michelin : Je vois Déborah qui sourit.

Déborah Papiernik : Oui. Par certains aspects, en fait, l’e-sport, c’est presque le phénomène inverse du métaverse où, au lieu que les gens dans le réel aillent se retrouver dans le virtuel justement, ils existent dans le virtuel par leurs pratiques de jeux vidéo et ils vont se retrouver en réel aussi dans des stades et lors d’événements qui vont mixer du virtuel et du réel.

D’ailleurs, tout cet aspect real life, des événements qui peuvent exister dans la vie réelle, il y en a de plus en plus où on utilise le jeu vidéo, mais pour ramener le réel.

Je veux juste donner un exemple de quelque chose qui s’est passé la semaine dernière, où dans “Assassin’s Creed”, les joueurs dans le monde se sont rendu compte qu’il y avait un message caché à l’intérieur du jeu. Ils ont réussi à décoder le message dans “Assassin’s Creed Valhalla”. Donc, le message codé, ils l’ont décodé, et ils se sont rendu compte que ça donnait des coordonnées.

Et il y en a au bout du monde qui a dit : “Ah mais en fait, c’est des coordonnées à Paris”. Donc ça, ça se passait sur Reddit. Et en fait il a dit : “est-ce qu’il n’y a pas quelqu’un qui est à Paris et qui peut aller voir ?”

Et puis il y a un joueur qui a dit : “Ah ben ouais, je vais regarder.” Il regarde et dit : “Ah ben tiens, c’est à côté de la basilique Saint-Denis. Je vais aller voir, c’est pas très loin de chez moi.”

Et il va et il se dit : “Mais en fait, c’est vraiment la basilique Saint-Denis.” Donc il rentre dans la basilique et il finit par trouver une plaque avec un signe Assassin’s Creed, un QR code qui déclenche d’autres choses, etc.

Donc on a là quelqu’un au bout du monde qui discute avec quelqu’un qui vraiment à Paris va sur place et du coup, c’est génial. C’est une communauté internationale, c’est un lien avec le réel, voilà.

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT

Marc Petit – Qu’est-ce que le métaverse ?

Marc Petit – Qu’est-ce que le métaverse ?

Une fois qu’on a cette 3D temps réel et qu’on a ces évolutions technologiques dont je parlais précédemment, là on ouvre la porte vers de nouvelles plateformes pour, effectivement, envisager d’avoir des univers persistants virtuels qui vivent quelque part sur l’internet. Et c’est ça qu’on appelle le métaverse.

Langues »