Le KIF rassemble les innovateurs pour créer de fascinantes expériences, partager les meilleures pratiques et proposer des perspectives novatrices de développement culturel et économique.

!
Marc Petit – Epic Games, une société de jeu vidéo aux technologies ouvertes à tous
immersif | immersion | metaverse | nft | réalité augmentée | réalité virtuelle |

Marc Petit : Epic, fondé il y a 30 ans, présent dans quinze pays, avec 52 bureaux dont Paris et Strasbourg. Une compagnie qui est en train de vivre une croissance assez explosive, mais qui a toujours eu une philosophie, et qui a une certaine caractéristique assez spéciale.

Epic est avant tout un créateur de contenu, un créateur de divertissement. Ça a commencé au début avec Unreal Tournaments, Gears of War, tous ces jeux-là. 

Fortnite n’est pas le premier succès de Tim Sweeney et de Epic Games, on se souvient de Infinity Blade, le premier jeu triple A sur sur plateforme mobile. 

Donc Epic a une histoire d’innovateur avec la franchise Gears of War sur la Xbox, etc., mais  a aussi toujours eu une approche ouverte et a toujours… Tim a toujours considéré qu’il voulait être un développeur de jeu, mais qu’il voulait être un acteur et un contributeur dans l’écosystème.

Donc, tous les jours, alors que beaucoup de compagnies de jeu s’agrippaient à leur technologie comme un différenciateur, lui, il a toujours rendu sa technologie disponible à d’autres développeurs de jeux. 

Le code source publié sur Internet, donc toujours de façon très transparente, avec un modèle d’affaires derrière, parce que c’était aussi… ce n’était pas affaire philanthropique, c’est un business. 

Mais donc historiquement, Epic a licencié Unreal Engine 2, Unreal Engine 3, Unreal Engine 4 à tous ses concurrents pour supporter la communauté de développement de jeux. 

Et l’autre aspect, donc l’histoire, pour moi, démarre en 2016, où Epic s’est aperçu qu’il y avait beaucoup d’usages de son moteur à l’extérieur du jeu vidéo.

Et donc, moi à l’époque, je venais d’Autodesk où j’étais familier avec tous les autres marchés non jeux vidéo comme le film, l’architecture, l’automobile…

Et donc j’ai rejoint Epic en 2016, avec mon camarade et bras droit Sébastien Mignot – de Metz -, pour monter ce qu’on appelait “l’activité non jeux vidéo” chez Epic, qui a pris de l’ampleur ces dernières années.

Et donc aujourd’hui on est avant tout un créateur de jeux, mais on est aussi un fournisseur de technologies. 

Donc on a cette dualité. Ce qui fait que nos produits ont cette saveur assez spéciale, c’est parce qu’ils sont testés en production. C’est à dire qu’on n’est pas des développeurs de logiciels purs comme ce que faisait Autodesk. 

On est vraiment des gens qui… l’expression anglaise c’est “we eat our own dog food”. Et puis on ne réalise pas quelque chose tant que nos équipes internes ne sont pas satisfaites.

Donc ça crée une approche et un niveau de qualité qui est… pas inusité, mais qui est vraiment, qui gère le marché.

Présentateur : Alexandre Michelin

Intervenant : Marc Petit (Directeur Général Unreal Engines Epic Games)

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT

Martial Spirit : un métaverse autour des sports de combat

Martial Spirit : un métaverse autour des sports de combat

Présentateur : Alexandre Michelin

Intervenants :
Clara Schmelck (philosophe, journaliste, prof à Sciences Po Strasbourg)
Stéphane Juffé (Co-fondateur de Bemersive)
Eric Garandeau (Directeur politiques publiques de Tik Tok France)

Langues »