Le KIF rassemble les innovateurs pour créer de fascinantes expériences, partager les meilleures pratiques et proposer des perspectives novatrices de développement culturel et économique.

!
Yvan Boudillier : Repenser l’expérience musicale grâce à l’immersif
immersif | immersion | metaverse | nft | réalité augmentée |

Présentateur : Alexandre Michelin

Intervenants :

  • Clara Schmelck (philosophe, journaliste, prof à Sciences Po Strasbourg)
  • Charlotte-Amélie Veaux (Co-fondatrice de Onyo)
  • Yvan Boudillet (Fondateur TheLynk)
  • Gildas Dussauze (VRtuoz)
  • Cécilia Gabizon (Directrice éditoriale ETX Studio)

Yvan Boudillet : On va parler, j’imagine, tout à l’heure d’expériences musicales. La plus impressionnante en tout cas à venir, c’est Abba, qui ont annoncé leur grand retour après des années d’absence.

Et ils le font notamment en revenant sur un lieu et en créant du contact et de l’immersion par la même occasion. Donc je crois beaucoup à tous ces mélanges. Ce qui rend la chose complexe, qui fait que c’est difficile à décrypter. Ce qui fait qu’on est là pour en parler, je pense. Parce que c’est un croisement de beaucoup d’expériences et beaucoup de technologies. Mais d’abord il y a la narration.

Alexandre Michelin : Il y a des modèles économiques qui sont en train de sortir ?

Yvan Boudillet : Oui, aujourd’hui, ils sont divers. C’est-à-dire que si on prend la pure réalité virtuelle telle qu’on la connaissait, sans parler de métaverse, appliqué à la musique, à date il n’y a pas de modèle, si ce n’est de la promotion ou des expériences qui sont là pour valoriser ou accompagner une sortie d’album ou accompagner des partenariats avec des marques, etc.

Aujourd’hui il n’y a pas de monétisation à proprement parler de ces expériences-là, dans des formats courts ou dans des formats finis. Par contre, quand on voit ce qui s’est passé en 2020, à part la pandémie, mais avec des expériences comme celle de Travis Scott, qui n’ont pas été monétisées en tant que telles directement parce qu’il n’y avait pas de billetterie ou il n’y avait pas une commercialisation de l’expérience en tant que telle, mais d’après les chiffres qui circulent, ça aurait généré plus de 20 millions de dollars de revenus pour l’artiste et son environnement, notamment pour le cachet qu’il a touché, mais aussi avec la commercialisation de biens virtuels.

Alexandre Michelin : C’était dans Fortnite.

Yvan Boudillet : C’est très intéressant le croisement des mondes, entre le monde de la musique qui a déjà réussi sa mue – depuis Napster il y a plus de 20 ans -, et le monde du jeu vidéo, qui porte une économie autour des mondes virtuels. Et le croisement des deux, je pense, ne peut pas être stoppé. Le mot en anglais est beaucoup plus chic : “unstoppable”, c’est vraiment quelque chose qui porte beaucoup de potentiel et beaucoup d’espoir aussi pour, je vous écoutais tout à l’heure, que la France aussi mette en avant ses talents.

Et on arrive à avancer main dans la main, les acteurs de l’audiovisuel, les acteurs du design, les acteurs de la musique. Puisque vous parliez, Ubisoft, il y a aussi l’IRCAM, et il y a aussi Believe en France. Donc on a tous ces talents.

Alexandre Michelin : L’IRCAM a créé une filiale hybride, “IRCAM Amplify”, qui est une filiale entre IRCAM et Believe.

Yvan Boudillet : Oui, tout à fait. En plus Believe a investi dans IRCAM Amplify, tout à fait.

Alexandre Michelin : Donc on est effectivement dans cette convergence qui est d’abord artistique et aussi logicielle. Et puis qui, comme le disait Charlotte-Amélie, est émotionnelle, sensorielle. J’ai l’impression que c’est sans doute là qu’on aura des surprises. Pas simplement sur l’image, mais beaucoup, beaucoup sur l’émotion sensorielle, le pouvoir du son.

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT

Marc Petit – Qu’est-ce que le métaverse ?

Marc Petit – Qu’est-ce que le métaverse ?

Une fois qu’on a cette 3D temps réel et qu’on a ces évolutions technologiques dont je parlais précédemment, là on ouvre la porte vers de nouvelles plateformes pour, effectivement, envisager d’avoir des univers persistants virtuels qui vivent quelque part sur l’internet. Et c’est ça qu’on appelle le métaverse.

Langues »